Qu'on me pardonne d'emprunter le sous-titre de Mary Shelley, je trouvais que c'était approprié de parler de créature de Frankenstein, faite de bric et de broc et que d'aucuns jugent en grande partie criminelle, lorsqu'il s'agit d'Internet...

Mais il ne s'agit pas que de cela (et encore moins de cette bouse, Prometheus... N'allez surtout pas voir ce navet, Ridley Scott sucre les fraises !). Vous verrez jusqu'à où va la métaphore si jamais vous restez jusqu'au bout du billet. Enfin, j'espère...

De nos jours, on ne compte plus les gens qui, sur Internet ou ailleurs, se donnent mission de vous aider à rester sainement sceptique. Les journalistes se sont (enfin !) mis à enquêter et à vérifier ce que les hommes politiques disaient, chiffre par chiffre. La tendance au "fact-checking" est réelle, notamment dans la presse... Dommage qu'à la télévision, elle reste limitée aux émissions dites comiques, ou qu'on privilégie alors le sensationnel et la polémique à l'analyse réelle...

J'y reviendrai.

Dans tous les médias de notre "âge de l'information" (mais, toujours plus, Internet et sa diffusion sans précédent) des gens très bien se font un devoir d'édifier les masses jadis mal informées. Les communautés se multiplient (TED, Intelligence Squared, Skeptic magazine) qui, au delà même de 60 millions de consommateurs, du vieux Sciences et Vie (qui baisse...) et autres juristes radiophoniques, parlent de sujets vraiment actuels, généraux, politiques, et surtout complexes...

Plutôt que de prendre les gens pour des imbéciles, ils les exposent aux grands esprits de notre temps, et à leurs idées. C'est nécessaire, c'est beau, c'est bien, c'est brave, c'est honnête... Mais si tous ces superbes penseurs et ces théories construites brillent comme des étoiles au firmament numérique, elles sont, à l'instar des constellations de notre ciel, noyées dans un océan opaque et ténébreux de LOLcats, de pr0n, de youtuberies distrayantes ou inconséquentes et de "Memes" viraux.

A l'évidence, même quand on tente de trier pour vous, il faut trier les faits soi-même.

Wikipedia, malgré sa réputation, est réellement la meilleure encyclopédie généraliste au monde, à condition de savoir l'utiliser. C'est un excellent point de départ pour toute recherche, du fait même qu'elle cite toujours le plus de références possible. Les articles incomplets ou manquant de sources sont clairement affichés comme tels, et les entrées correctes ont toujours une section "critiques", ce que n'ont pas les encyclopédies classiques.

Cela incite à la vérification, et à des recherches personnelles.

Le dieu Google est un outil merveilleux, un puissant serviteur et un mauvais maître. Je le maintiens, Internet, c'est là où commence toute recherche sérieuse... Mais cela ne doit pas être l'endroit où la recherche s'arrête. Mais je digresse... Il y a bien sûr les blogs qui dénoncent la connerie partout où elle se trouve (L'Odieux Connard et la War Zone de temps en temps, maître Eolas tout le temps, votre serviteur, du moins à mon humble niveau...), souvent avec joie, humour, et une pointe de schadenfreude...

Les fanatiques sont bien sûr là aussi, sur Internet... Et il y en a tant. Mais c'est là l'avantage de ce média : L'examen par les pairs, pas par l'autorité. Comme pour tout processus scientifique digne de ce nom, tous les résultats, toutes les opinions et toutes les informations (même s'il manque parfois cruellement qu'un certain tri soit effectué...) sont comparées et jugées, en espérant que la vérité soit mise au jour, que chacun puisse jeter ce qui ne marche pas et garder ce qui reste.

Certains vous apprennent la pensée critique... C'est à dire à examiner les informations reçues de façon à juger réellement par soi-même si c'est du lard ou du cochon... Même si eux aussi sont parfois noyés dans une marée consensuelle de relativisme ("ma vérité n'est pas ta vérité, tous les points de vue sont égaux...") ou de diarrhée verbale pure et simple ("il faut avoir la foi, dans la vie... Si cette croyance vous aide, alors ignorez tous ceux qui veulent vous prouver le contraire...").

Du "Baloney detection kit" de Carl Sagan (in The Demon Haunted World, éditions Ballantine) au fameux "petit cours d'autodéfense intellectuelle" de Normand Baillargeon, en passant par la Zététique du regretté Henri Broch, les nombreux sites communautaires sceptiques, et la longue liste des arnaqueurs et arnaques pseudoscientifiques compilée par James "The Amazing" Randi, nous n'avons jamais été mieux armés contre la connerie, surtout volontaire.

Serait-ce parce qu'il faut tenter par tous moyens de compenser pour ce qu'on n'apprend pas à l'école ? C'est bien possible.

Et pourtant... Ma catégorie "Les gens sont cons" n'a jamais été autant d'actualité. Pour ne pas aller chercher loin, il nous suffit de regarder les deux dernières élections pour nous en persuader. Entre les jingles, les shows à l'Américaine et les attaques ad hominem, les débats étaient aux abonnés absents, purement cosmétiques, ou à côté de la plaque. Aux présidentielles, je n'ai presque pas vu d'idées exposées. Il m'a fallu chercher... Et ce fut dur. Ce qui rejoint mon propos.

J'ai vraiment eu l'impression de voter pour des plats tout prêts, même aux législatives. Des flans, des nouilles, des quiches plutôt que des gens. D'ailleurs, quand on voit notre nouveau président "normal", l'analogie prend tout son sens...

Ô, surprise, l'abstention est en hausse. Certes, c'est pour certains un signe d'intelligence, ou en tout cas que le cynisme ambiant a touché pas mal de gens... Mais c'est surtout un signe de ras-le-bol, d'incompréhension, d'incompétence des politiciens, et surtout de sanction. J'en veux pour preuve la radicalisation des programmes des grands partis, et je place à égalité la haine des riches clamée par la gauche et la haine des étrangers prônée par la droite.

Et chacun de s'allier plus ou moins ouvertement avec les extrêmes de leur bord respectif.

Le vrai signe d'intelligence chez nos concitoyens eut été d'aller voter blanc (car les votes blancs sont comptabilisés, d'une certaine façon, puisqu'ils sont affichés dans les chiffres du ministère de l'Intérieur, même s'ils ne "comptent" pas dans le résultat de l'élection... Les journalistes s'y intéresseraient sans doute s'ils étaient plus élevés), de manifester le jour du scrutin (pour une fois que j'aurais approuvé une manif !), ou de voter "idéaliste" et pas "utile" au premier tour.

Parce que, mes petits chouchous, je ne vous demande pas de ne pas voter pour le PS ou l'UMP, mais j'aurais voulu que vous ne votiez pas pour eux si cela n'était pas votre intime conviction, en votre âme et conscience... Et j'emploie ces mots à dessein, parce qu'ils ont un sens politique et juridique très précis. Parce que sinon, à quoi ça sert de voter, hein ? Je vous signale que "voter selon ses convictions", c'est ce que font les fanatiques du FN, et ça marche pas mal !

Une fois de plus, je digresse...Donc, avec toutes ces informations à portée de main, est-ce que les gens sont moins bêtes ou plus méfiants ? Point du tout. Comme je le répète, les gens sont cons, un point c'est tout. On essaie bien de les éduquer, tâche sempiternelle et sans cesse recommencée à chaque génération, mais il y en a qui "n'impriment pas", comme on dit... Et, si je puis me permettre une autre digression, pour pas mal de choses importantes, question éducation, on s'y prend mal.

On a noté que les connaissances des jeunes (16-25 ans) concernant les maladies vénériennes (dont le SIDA, mais pas que) et la contraception étaient, globalement, en baisse par rapport à il y a seulement quelques années. Pour le coup, ce n'est pas parce que les enfants sont plus cons qu'avant. C'est parce qu'on a fait pas mal de campagnes de prévention dans les lycées il y a quelques années, et puis qu'on a arrêté...

Sans se soucier des élèves de la classe d'après.

Il n'y a pas eu de "relapse" que dans la sexualité des gays, dont certains ont cessé de mettre la capote parce qu'ils en ont marre et que les traitements contre le SIDA avancent... Pas mal de gens en ont aussi eu marre de la prévention, qui est devenue plan-plan et moins sensationnelle, d'apparence moins urgente. Alors qu'en fait non. Est-il besoin de rappeler qu'il n'y a pas de vaccin contre le SIDA ? Qu'il n'y a pas que le SIDA, d'ailleurs ? Que la contraception, c'est important ?

Ben oui, c'est important, apparemment... Parce que là, il y a de plus en plus de gens qui ne se protègent pas !

Fin de la digression, qui, du coup, est un exemple : l'éducation, non seulement c'est vital, mais ça n'est pas ponctuel. Il faut enseigner à tous, chaque année, et par la suite il faut que l'information soit accessible et offerte à tous, tout le temps. C'est supposé être le principe des écoles et des bibliothèques publiques de ne pas confondre "mode" avec "actualité"... Je pense qu'ici, on a confondu éducation (sexuelle) avec information (sur un sujet d'actualité ayant trait au sexe).

En l'occurrence, même quand l'information est à la portée de tous (Et elle l'est toujours... Internet est accessible depuis toute bibliothèque publique bien équipée. Si, si, je vous jure !) personne ne va la chercher. Le virus de la télé, la culture de l'immédiateté, de la gratification instantanée, du ponctuel... Donnez à cela le nom que vous voulez. Il faut offrir tout cela sur un plateau d'argent si nécessaire...

C'est pourquoi la télé a eu son importance, avant qu'elle ne succombe à ses défauts.

Au sens propre, l'éducation sert à apprendre à raisonner (analyser, synthétiser, et critiquer... C'est la base), et une information aussi complète et actuelle que possible sert à permettre aux gens de décider en toute conscience, et (du moins on l'espère) faire progresser la société. Si je voulais faire lyrique, je dirais que l'éducation, c'est le cœur de la démocratie, et que l'information en est le sang.

C'était déjà le cas quand on parlait de l'école de la République et de la liberté de la presse...

CQFD : Internet, c'est bon, mangez-en. J'irai même plus loin... Au delà de l'éducation de base, choisir son information, aller la chercher, permet de mieux la filtrer. Personnellement, je me porte mieux depuis que je n'ai pas la télé et que je ne prends mes informations que sur Internet. Certes, je passe complètement à côté d'événements de la plus haute importance internationale, comme les gagnants des jeux footeux et le dernier pet buccal des candidats d'une énième émission de télé réalité...

Cependant, en toute modestie, il semble que je sois mieux informé que la plupart des gens sur des détails innocents comme ce qui se passe au Proche Orient, les élections en Amérique, la crise avortée des Malouines, les libertés individuelles, Les déboires de l'Europe, et ainsi de suite. Regarder un zapping (n'importe lequel, pas juste celui de Canal+...) en vidéo sur Internet me suffit amplement pour ce que j'ai "manqué".

Ce dont la télévision nous abreuve ne mérite en général pas qu'on y consacre plus d'une ou deux minutes.

A la télé, il faut toujours tout présenter en petits morceaux, donner des conclusions préfabriquées, prémâcher l'info pour que ça tienne en moins de deux secondes de temps de cerveau disponible... Donner à la petite cuiller des informations pertinentes, mais avec des petites phrases et des blagues, comme on nourrit laborieusement un bébé en faisant de chaque repas non plus une nécessité, mais un jeu rempli d'avions qui entrent dans des hangars...

Pourtant, pour qui la veut, l'information est là, et bien là. Sommes-nous réellement un peuple bébé, ou sommes-nous assez grands pour se dire qu'il y a autre chose que la purée et les gazouillis, et aller chercher la pomme qui se trouve bien en vue sur la table ? Certes, elle nécessite que l'on se lève et qu'on la prenne, voire qu'on utilise ses dents... Mais ce fruit symbolique n'est-il pas infiniment plus goûteux qu'une purée informe que l'on ne choisit pas ?

Real Apple 1 by aragorn3000