Aujourd'hui, je vais vous parler d'un autre épiphénomène de la stupidité humaine globale... Cela va faire hurler, mais je mets dans le même panier toutes les idioties du même genre : néo-paganisme, primitivisme, chamanisme, wicca, et ce celtisme imbécile et commercial qu'on retrouve dans les foires médiévales, celui-là même qui vous commercialise des triskels déclinés sur des mugs et des magnets, et autant de t-shirts héroic-fantasy et bandanas hippies moisis.

La Wicca, celtoïde ou autre, c'est d'ailleurs entièrement commercial. Depuis Buffy et Charmed, tout le monde connait un peu... Nombreux sont les étudiantes un peu gothiques qui s'essaient à ce genre de sortilèges à deux balles, de ceux qu'on réalise avec quelques épices Ducros et des fournitures hors de prix (athamé, pentagramme, encens, calice avec un dragon dessus...). il y en a plusieurs "parfums", tous inventés au XXe siècle et tous dans la mouvance new-age.

Oui, parce que c'est vraiment du chiqué absolu... "Païen" n'est qu'un mot utilisé pour désigner tous les hérétiques et ceux qui ne sont pas chrétiens, depuis le moyen-âge. Ceux qui croient que la version moderne a le moindre rapport avec la sorcellerie historique ou les religions celtiques se fourrent le doigt dans l'œil ! On en sait de plus en plus sur les religions des anciens Européens, l'archéologie a fait de grands progrès, mais ces gens l'ignorent sciemment :

Les wiccans que j'ai rencontré dévorent volontiers toute la littérature sur le Reiki, les piercings, la sophrologie, l'aromathérapie, le végétarisme, l'alter-mondialisme, les anges, les guides spirituels, les cristaux, les chakras, le néo-chamanisme, le bio, le druidisme moderne et j'en passe... Mais jamais ils n'iraient lire un vrai livre d'Histoire, suivre un cours d'archéologie gallo-romaine, ni se documenter sur ce que signifient vraiment le dieu cornu et la déesse fessue qu'ils adorent tant !

Ce genre d'abracadabra s'inspire plus des doctrines "médiumniques" du XIXe, de la contre-culture "spirituelle" des années 60, et des autres saloperies de la même eau. C'est un joyeux mélange... Nombre de "praticiens" wicca n'hésitant pas à affirmer (dans un grand élan de syncrétisme relativiste à la mord moi le nœud) que, en ce qui concerne les rituels et les sortilèges, TOUT peut marcher de la même manière, et on peut TOUT mélanger, quelle que soit la culture !

En un sens, c'est rigoureusement exact : Aucun sortilège ne fonctionne, qu'on mélange ou non le livre des morts tibétain avec les prières chrétiennes, les rites à la déesse mère avec l'invocation des guides spirituels animaux. Regardez-moi ces couillons blancs comme neige avec leurs dreadlocks et leur djembé, fumant du népalais dans des vêtements écrus ("équitables" et hors de prix) d'Amérique Latine ou du Rajasthan, qui croient entrer en contact avec leurs racines...

Les cérémonies du genre se déroulent parfois de nuit, au clair de lune et en plein air (même si, selon la saison, les gens ne sont pas forcément "skyclad", comme ils disent... C'est à dire pas toujours à oilpé pour honorer les dieux) dans une atmosphère festive, et au sons des tambours. Il ne s'agit pas toujours des tambours traditionnels celtes, d'ailleurs, mais, il y a toujours des tambours... Pourquoi ? Parce que les tambours, ça fait "primitif", ça fait "roots".

Ignorant (sciemment, encore une fois) l'absence totale de preuve que nos ancêtres appréciaient particulièrement les percussions (pratique qui n'est pas si répandue que ça en dehors d'usages spécifiques par certaines peuplades d'Afrique et d'Amérique) ni qu'ils s'adonnaient à des gesticulations nocturnes sur fond de bongos arythmiques, les participants de ces "drum circles" veulent voir dans cette pratique un lien avec le passé.

Tambouriner ainsi, nous disent-ils, est un puissant outil spirituel (quoi que ça puisse bien vouloir dire), utilisé "de tout temps", voire "depuis la nuit des temps", "par les anciens", ou quelque autre expression tout aussi vague. C'est ainsi qu'on "canalise l'énergie", qu'on "entre en contact avec les esprits", voire qu'on booste la créativité et la santé, tout en forgeant des liens spirituels avec "les premiers habitants de la Terre", "les indigènes du monde".

Ben voyons. Si vous voulez vraiment revenir à vos racines préhistoriques, jetez vos chaussures, emménagez dans une grotte, ne mangez plus que des racines et des glands, et regardez votre famille se faire bouffer par des ours en tentant de capturer l'évènement sur la paroi de votre "home sweet home" en la barbouillant de terre rouge. Non seulement ça sera bien plus authentique, mais en plus ça vous évitera de discuter "réalignement de chakras" avec un gars de Lambézellec.

C'est comme ces histoires de dolmens et de cromlechs. Ah, ça fait bander les païens, ça, les pierres levées ! Des centaines de théories ont été avancées en ce qui concerne Stonehenge et les autres monuments du même genre... Il s'avère qu'il ne s'agit pas d' "horloges astronomiques" si précises que ça, et que ça n'a a priori aucun rapport avec le druidisme :  L'érection de Stonehenge, par exemple, date d'un bon millénaire avant les premières traces de druidisme.

Ce n'est ni un reste d'Atlantis, ni des pierres magiques amenées par Merlin par la voie des airs depuis l'Irlande, ni un cadeau d'extraterrestres, ni le marquage des lignes de force tellurique, ni quoi que ce soit du même genre. Ce ne sont souvent rien d'autre que des tertres, autrement dit des tombes. Je simplifie, mais quand on doute du but exact d'un tel monument, la théorie la plus plausible est souvent un monument érigé à un chef, et pas à un dieu ou des esprits quelconques.

Conséquemment, même si nous n'avons pas résolu la finalité de tous les cercles de pierres aujourd'hui, il est absolument certain que les barbus qui les fréquentent les nuits de solstice et d'équinoxe n'ont, pas plus que vous et moi, la moindre idée de la cérémonie "correcte" à accomplir autour des cailloux, si tant est qu'il y en ait une... Malgré tous leurs discours sur le gui, le chêne, les noms mystiques, les épées et les bâtons.

Ils inventeraient au fur et à mesure (ce que certains font, d'ailleurs, élaborant toute une tradition autour des écrits d'un touriste latin), ce serait pareil. Malgré le nombre alarmant de mecs en boucs et pantalons bouffants et de filles en foulards arc-en-ciel qui tapent sur des tambours (encore  et toujours !), jonglent et fument en déblatérant des sornettes new-age, tout événement festif de ce genre au solstice ou à l'équinoxe est un pèlerinage superflu n'ayant pas la moindre authenticité.

Surtout en été. Parce que oui, ils ne vont pas faire leur grande fête pour le solstice d'hiver en plein air : ça caille trop... C'est donc à celui d'été que jeunes et moins jeunes se réunissent à Stonehenge. Le problème, c'est que les derniers travaux archéologiques suggèrent que les habitants néolithiques du cru n'étaient jamais là en été : On a retrouvé et daté des dents de porc comme ayant été égorgés là en hiver (compte tenu de l'âge de la bestiole), mais rien pour la période estivale.

Pour résumer, toutes ces histoires néo-païennes n'ont aucune espèce de réalité... Non seulement parce que ça n'a rien d'authentique ni d'ancien, mais en plus parce que même si ça l'était ça ne serait qu'un ramassis d'élucubrations de l'âge du bronze, comme n'importe quelle autre religion. Il ne s'agit même pas de contes de fées ou de légendes. Au moins, les légendes ont un intérêt littéraire et culturel. On ne fera pas ce genre d'honneur à cette auberge espagnole de la superstition...

Mais la chose qui me hérisse le plus avec les Wiccans, les chamaniques celtoïdes et autres "spirituels" du genre, c'est sans doute qu'ils ont bonne presse... Surtout auprès des jeunes. C'est souvent vers ces pseudo-religions que se tournent les adolescents lassés de la chrétienté ou des autres religions du livre, vers ce syncrétisme crétin et vaguement planant qui prône la "règle d'or" du vivre et laisser vivre...

Oui, ainsi, les gens arrivent à concilier leur prétendu besoin de la béquille de la croyance en une "dimension supérieure" et leur rejet d'une église surannée et répressive... Ils échangent une spiritualité contre une autre, multiforme mais tout aussi incohérente, dans laquelle ils peuvent prendre ce qui leur fait plaisir comme on compose son menu dans un restaurant "fusion". Cela leur évite sans doute de trop réfléchir et essayer de savoir si ce qu'ils croient a plus de sens que ce qu'ils croyaient.

Et vous savez le pire ? Ces abrutis se déclarent une communauté d'esprit avec les Athées. Eh oui, beaucoup ne conçoivent pas la vie sans croyance, et pensent que tous les Athées sont en fait des agnostiques... Voire qu'il suffit de rejeter la doctrine chrétienne, juive ou musulmane pour faire partie de cette "grande communauté spirituelle" youyou power force de la tolérance, qui "garde l'esprit ouvert" et "rejette la religion organisée".

Eh bien non... Les athées ne rejettent pas la "religion organisée". Ils rejettent la croyance sans preuve. La plupart ont l'esprit ouvert, mais, comme dit Richard Dawkins, pas au point que leur cerveau ne s'échappe !

Festival Stonehenge