... Il en restera toujours quelque chose.

J'adore quand les chrétiens se bouffent le nez pour pas grand chose. Cela me rappelle l'histoire biblique de la paille, de la poutre, et toutes ces sortes de choses vaguement paraboliques et christoïdes... L'hôpital, la charité, tout ça. Incidemment, le dernier billet était le six-cent-soixante-sixième. Intéressant pour ceux qui croient que Satan l'habite... Moi, je n'en pense rien, il fallait bien arriver à ce nombre un jour ou l'autre... Mais ça me fait plaisir d'avoir duré aussi longtemps, avouons-le !

L'autre jour, je ne sais plus à propos de quoi, j'ai entendu la nouvelle suivante : un tollé général a éclaté suite au commentaire d'un pasteur protestant, aux Etats-Unis (et où un tel fait divers pouvait-il bien arriver à part dans ce pays ? D'ailleurs il s'agit d'un pasteur de la Première Egilse Baptiste du Sud, à Dallas, au Texas, c'est dire...), comme quoi "les Mormons sont une secte". Le révérend en question, pressé de clarifier sa position si politiquement incorrecte, s'est rétracté.

C'est gentil de sa part, et puis c'est rare pour un religieux en ce moment d'être poli avec ceux du culte d'à côté.

Il a cependant avoué que, s'il avait mal choisi ses mots, il parlait d'une secte au sens "branche théologique divergente", et non au sens "sociologique" qu'on lui prête plus volontiers en parlant de fanatiques du genre Scientologie ou Jim Jones... Il a de plus avancé (à juste titre, d'ailleurs) que les Mormons, ou Eglise de Jésus Christ des Saints des Derniers Jours, n'étaient pas considérés comme des chrétiens par les autres "vrais" chrétiens...

On peut les comprendre, hein... C'est vrai que les Mormons, personne n'en voudrait. Leur bouquin, là, dans lequel Jésus lance des lasers, avec les tribus perdues d'Israël menées par dieu en Amérique, ancêtres des amérindiens, mais avec des chevaux quand-même... Et ces histoires de tablettes d'or en hiéroglyphes réformés trouvées à côté de New York et  traduites grâce à un chapeau magique... Déjà les deux premiers testaments, c'était bidon, mais là, la mauvaise resucée américaine, hein...

Mais je digresse... Quel comble ! C'est à mourir de rire...

Déjà, je ne vois pas la différence entre les deux sens du mot "secte", théologique ou sociologique... Peu importe. Il y a tellement peu de religions surprenantes, et aucune n'est originale... Aucune ne vient, culturellement, de "rien", d'un "vide". De là à dire qu'aucune n'est vraiment révélée par un dieu, il n'y a qu'un pas, mais passons... Ce que je veux dire, c'est qu'une religion, ça n'est qu'une secte qui a réussi, et qu'on considère comme respectable... A la manière d'un vieux gangster...

Le nom du pasteur qui a éructé l'énormité dont on parle m'échappe, mais il n'est pas très important... Les médias ne se sont emparés de l'affaire que parce qu'il est un peu influent et qu'il parlait d'un homme politique qui, il se trouve, est Mormon. Quoi qu'il en soit, il s'est enfoncé en expliquant que les Mormons sont nés plus de 1800 ans après l'époque supposée de Jésus, et qu'ils ont rajouté leur propre bouquin et leur propre doctrine derrière les deux testaments.

Moi ça m'amuse au plus haut point. Vous ne voyez pas pourquoi ?

Eh bien ce pasteur protestant vient de résumer les raisons qui font que, justement, pour les catholiques, les protestants sont de sinistres hérétiques... Tant les Baptistes (du Sud ou d'ailleurs, comme le pasteur en question), que les Evangéliques, les Pentecôtistes, les Episcopaliens, les Anglicans, les Luthériens, les Calvinistes, les Presbytériens, et toutes les autres dénominations... Et il y en a autour de quarante mille.

Sans même parler du fait que, si on suit cette logique, les chrétiens sont des hérétiques par rapport aux juifs, que les orthodoxes ET les catholiques sont hérétiques par rapport aux premiers chrétiens, que les musulmans sont hérétiques par rapport à (à peu près) tout le monde, et que les juifs, chrétiens et tous ceux qui sont venus après sont simplement des hérétiques des cultes de Mithra, El le dieu du Tonnerre, et le panthéon de Babylone...

Tenons nous-en à la "simple" chrétienté.

Le pasteur en question reproche aux Mormons d'avoir été créés dans les années dans les années 1800, soit bien après la "Venue du Christ"... Comment pourraient-ils donc être proches des chrétiens ? Sa propre dénomination, les Baptistes, est, il est vrai, bien plus proche du temps de Jésus, n'ayant été créée que dans les années 1600. Ben oui, 1600 ans après, ça passe encore, mais 1800 faut pas déconner, hein, c'est carrément trop tard !

Pourtant, les Mormons devraient être chrétiens, puisqu'ils ont la Bible... Pourtant, selon le même pasteur, ils n'ont pas la "bonne". C'est vrai, ils ont fait quelques coupes ici et là, et l'ont réinterprétée, comme les musulmans, et ils la considèrent comme un livre "intermédiaire" avant leur propre livre sacré. Admettons. Parce que les Mormons suivent la fameuse "King James version", la Bible du Roi Jacques, première "vraie" traduction en anglais.

C'est mal, parce que ça n'est pas "l'original"...

Retraduite à l'instigation du roi Jacques Premier d'Angleterre, cette version est, selon lui (qui était le chef de la religion anglicane, alors il ne fallait pas le contredire sur ce point...) une "traduction inspirée et révélée" en bon anglais. Elle est aussi, de toute évidence, une traduction hautement politisée et corrigée selon ce qui l'arrangeait, comme toutes les traductions de la Bible par rapport à leur époque et leurs commanditaires... Et comme la version de base d'ailleurs.

Forcément, ça choque les protestants... Mais ça ne devrait pas. Les Baptistes, eux, utilisent la Bible de Martin Luther. Luther, au moment de la création de l'Eglise Réformée de la Ligue d'Augsbourg (ce qu'on appelle la Réforme, ou Schisme Protestant), n'y est pas allé de main morte avec la Bible... Il a éliminé sept livres entiers de l'ancien testament, et pas mal de chapitres ici et là, avant que ses copains réformistes ne lui ôtent le couteau des mains avant qu'il ne s'attaque aux évangiles...

Bref, ça a bien charclé. Mais où est donc l'originale, à la fin ?

"L'originale", c'est celle alors suivi par les catholiques depuis un milliers d'années (et encore en usage aujourd'hui, d'ailleurs, même si elle a été retraduite et réinterprétée depuis)... Celle établie grâce à un grand nombre de conciles durant les cinq premiers siècles, à coups de débats doctrinaux houleux et de jeux politiques et diplomatiques complexes pour savoir qui serait hérétique (et donc brûlé) et qui serait du côté du Pape (et donc riche), avec souvent la paix des empires pour enjeux.

C'est cette Bible, dont je vous ai déjà parlé, qui a été établie, sélectionnée totalement arbitrairement (avec l'aide de dieu, diraient certains...) à partir de milliers de textes différents sur la vie et les enseignements de Jésus et d'autres saints hommes, saintes femmes, prophètes, dieux, démons et compagnie... Tous sont apocryphes, et la totalité du bouzin fait la taille d'une bibliothèque de quartier. Et les archéologues ont trouvé d'autres textes, notamment les fameux manuscrits de la Mer Morte...

Le plus amusant c'est que la plupart des chrétiens s'accusent mutuellement de mauvaises interprétations.

Je ne ris pas... Les catholiques accusent les protestants du fait que leur Bible, du fait de ses "mutilations", puisse être interprétée de façon à pouvoir dire tout ce qu'on veut lui faire dire... Ce qui ouvre la porte, justement, à ces dizaines de milliers de dénominations différentes, qui suivent toutes peu ou prou le même bouquin, ou des versions mutilées de diverses manières. Alors que, comme chacun le sait, les catholiques ont la seule "vraie bonne version"...

Seulement les catholiques ne se gênent pas pour émettre de "nouvelles interprétations" du texte biblique, "plus parfaites", alors qu'il est déjà supposé être parfait et révélé. J'en veux pour preuve la position de l'Eglise sur l'esclavage, l'héliocentrisme, l'âme des femmes (et leurs droits), le nazisme, l'inquisition, et tant d'autres sujets sur lesquels le Pape s'est excusé, alors qu'il est pourtant "infaillible"... Sans parler de l'ascension de Marie, toute récente dans la doctrine catholique romaine.

Et puis si c'est la parole de dieu, pourquoi a-t-elle besoin d'exégète et d'explications ?

En ce qui concerne les "doctrines différentes" dont notre cher pasteur accuse les Mormons, l'air de dire "c'est pas péjoratif, c'est juste différent... sauf que c'est quand même nous qui avons la vérité", selon l'habitude de tous les religieux de la planète... On devine déjà que le même raisonnement s'applique. Je vais vous faire grâce d'un trop long discours, mais rien que pour rigoler, comparons quelques unes des doctrines soutenues par les chrétiens de tous poils...

Les Episcopaliens applaudissent l'homosexualité, les Baptistes voient cela comme une abomination. Les Anglicans acceptent les femmes pasteurs, les Catholiques honnissent cette idée... Quant aux Pentecôtistes, certains les acceptent et d'autres pas ! L'alcool est interdit ou pas, selon à qui vous parlez. Au sujet de l'avortement, la plupart des doctrines l'ont en horreur, mais quelques unes l'acceptent dans certaines circonstances...

Soit dit en passant, interdit ou pas, les chrétiennes, toutes dénominations confondues, sont celles qui ont le plus recours à l'IVG... Dans le monde. Pas seulement aux Etats-Unis. Dingue, hein ?

Pour continuer sur des doctrines de foi plus "profondes" (lire "soporifiques"), certains protestants soutiennent tous les cinq "points" de la doctrine de Calvin, l'un de leurs théologiens fondateurs, et d'autres n'en soutiennent que trois, ou deux, ou deux et demi, ou quatre, ou un seul... Et pas tous les mêmes, selon les dénominations. Et tous ne sont pas "calvinistes", donc il y en a qui se disent tout de même protestants et qui ne soutiennent aucun de ces points, mais c'est encore plus étrange...

Ces cinq points sont la Corruption Totale (chute de TOUS les hommes dans le péché originel), l'Election Inconditionnelle (chacun est choisi pour être sauvé ou non à la naissance, par dieu, non pas à cause sa foi, sa vertu ou ses actes), la Rédemption Particulière (le sacrifice de Jésus fut suffisant, pas besoin d'expier), la Grâce Irrésistible (Même ceux qui refusent le Salut seront sauvés, s'ils sont élus), et la Persévérance des Saints (accepter d'être sauvé prouve qu'on le sera, renoncer au Salut prouve qu'on n'a jamais été "vraiment" sauvé).

 Je ne vous cite ces cinq points que pour que vous soyez effaré par la logique bancale et spécieuse du bidule...

Et je ne vous parle pas des différences entre les catholiques et les autres sur la substance du Fils, du Père, de la Mère, de l'Esprit Saint... Sans même parler de l'existence des Saints... Non, à la vérité, la question n'est pas de savoir qui possède l'interprétation "correcte" de la parole divine, à supposer que la Bible le soit... Ou même qui suit la "première" église "apostolique" (en droite ligne des apôtres)... Ni même qui a la "bonne" religion, chrétienne ou autre, si on va par là.

La vraie question, c'est...

Pourquoi, mais à la fin POURQUOI, lorsqu'ils comparent leurs religions, les gens, chrétiens ou autres, ne suivent-ils pas leur raisonnement logique jusqu'à sa conclusion évidente ? A savoir... Que tout ça est, de manière évidente et claire, un monceau d'imbécillités inventées de toutes pièces par des êtres humains ! C'est quand même pas si compliqué à comprendre, au bout du deuxième schisme et du troisième bouquin, non ?

Point n'est besoin de recourir pour cela à des démonstrations scientifiques de haute volée prouvant que la divinité n'existe pas... Il suffit véritablement de constater que ce genre de divinité est trop mesquin pour exister, et que si cela existe, ce genre de chose ne vaut pas la peine d'être vénéré. Des antiques questions d'Epicure en passant par les odes d'Omar Khayyam, jusqu'aux articles vibrants de Christopher Hitchens, cela fait longtemps que l'on sait tout à ce sujet.

Pour une question aussi importante que cela pour eux, les croyants n'y réfléchissent décidément pas assez.

évangile du monstre volant de spaghetti