Voici un texte de Paf-Ze-Cat, qui n'avait pas écrit depuis longtemps... Il le fait aujourd'hui pour une raison essentielle, et il a un message important à faire passer. Pas important pour lui, mais important pour tout le monde. Ecoutez-le, je n'aurais pas dit mieux... Il le dit seulement un peu tard, parce que 1984, on y est depuis belle lurette. Ah, ça fait toujours du bien !

Je me suis rendu compte que personne ne s'interesse vraiment à ce qui se passe en ce moment à l'assemblée nationale et dans le monde. Je suis mal placé pour donner des leçons, étant moi même un handicapé de l'actualité, mais en revanche je ne comprends pas que ceux qui lisent les journaux ne se rende pas compte.

La liberté est sérieusement remise en question en ce moment !

Vous avez surement entendu parlé de Wikileaks et de son fondateur, Julian Assange. Je n'entre pas dans les détails, je voudrais juste mentionner deux faits : ce site dévoile au grand public ce que les états cherchent à lui cacher, et notre gouvernement a tenté de faire pression tous azimuts pour que ce site ne soit pas heberger en France.

Wikileaks défend, symbolise, incarne même notre droit à l'information. Un citoyen devrait avoir la possibilité de s'informer simplement des actions qu'entreprend son gouvernement. Vous etes d'accord ou pas ?

Bon, je ferme ma parenthèse Wikileaks, mais vous allez voir que je vais y revenir, alors n'oubliez pas tout de suite ce que vous venez de lire.

L'assemblée nationale a voté mardi l'adoption du projet de Loi d'Orientation et de Programmation pour la Performance de la Sécurité Interieure (alias LOPPSI, ou LOPSI 2). Qu'est ce que ça change ?

- L'obligation pour les maires d'installer des systeme de vidéosurveillance, certains jusqu'ici ayant renoncé à cette possibilité pour des raisons idéologiques

- La possibilité pour les prefectures de revendre les données personnelles de carte grise à des société privées, dans un but commercial avoué

- Peine plancher (on dit aussi peine minimale) accrue pour ceux qui commettent des violences contre les représentants de l'ordre, allant ainsi à contre sens du principe d'individualisation des peines

Ceux qui me connaissent le savent, Internet est au coeur de mon quotidien. Et la LOPPSI apporte quelques modifications dans ce domaine là aussi.

- Sous pretexte de filtrer les contenus pédopornographiques, le gouvernement va forcer les FAI à mettre un certain nombre de site sur liste noire, et ne serons donc plus accessibles par aucun internaute. Et quand je dis "le gouvernement", cela signifie qu'aucune institution juridique ne sera meme consulté, ne serait-ce qu'a titre indicatif.

Pour le plaisir, amusons à imaginer les dérives qui vont, c'est certain, se produire :

- Honnetement, avec HADOPI créée toute récemment, vous pensez qu'il va leur falloir combien de temps pour annoncer qu'ils vont "sauver le secteur de l'industrie de la musique" en mettant aussi les sites de téléchargement sur liste noire ?

- N'oublions pas que derriere le gouvernement, il y a des hommes. En australie, on a vu le cas du site d'un cabinet de dentiste qui s'est retrouvé sur liste noire. Sans raison. Erreur de manipulation ou vengeance d'un agent administratif qui de toutes facons n'a pas a justifier ses choix ?

- Wikileaks, on y revient, a déjà été la cible de pression du gouvernement (en la personne du ministre de l'interieur) qui voulait le faire fermer, mais ils n'ont pas réussi à trouver d'angle d'attaque légal. Et bien devinez quoi, grâce à la LOPPSI, plus besoin !

- Je vais parler un peu technique, ceux qui n'entravent que dalle peuvent passer au point suivant. Le filtre va recenser les IP à banir plutot que les noms de domaines. Ce qui veut dire que si plusieurs sites se trouvent sur le meme serveur web (ce qu'on appelle l'hebergement mutualisé), un site tout a fait légal pourra être sanctionné pour le simple fait, totalement indépendant de sa volonté, d'être hebergé sur le meme serveur qu'un site illégal. Pour notre gouvernement, il vaut mieux punir 10 innocents que de laisser filer un seul coupable.

- Pour l'instant, les sites qui vont etre mis sur liste noire sont les sites à caractere pédo pornographique. Des sites tenus par des "hackers" vont parler de moyen de contourner le probleme (il y en a toujours, sachez le). Ces sites là vont bien entendu aussi être bloqués, sinon la démarche premiere n'aurait aucun interet, c'est logique. Après, pour empecher d'autre hackers potentiels de s'interesser au probleme, le gouvernement va bloquer le site qui parle de ce systeme de filtrage. Puis, pour finir, les sites qui parlent des sites qui parlent du filtrage, etc... Mes amis, cela s'appelle de la censure. Et c'est indigne d'une démocratie qui fut autrefois le pays des droits de l'homme.

Vous connaissez peut etre cette anecdote qui explique que pour faire bouillir une grenouille, si on la plonge dans de l'eau brulante, elle s'enfuit, mais si on la plonge dans de l'eau tiede et qu'on la fait bouillir progressivement, elle se laisse faire et finit par mourrir. Et bien c'est exactement ce qui se passe. Cela fait des années que les politiques nous agitent l'insécurité sous le nez, et nous propose de nous sauvez si on vote pour eux. Et ils nous font peur, et ils votent des lois pour nous "rassurer".

Ca vous rassure, vous, de vous balader dans des rues surveillés par des caméra ? Ca vous rassure de savoir que le gouvernement peut à tout moment bruler un livre et toutes ses copies parce qu'il contient un propos qu'il ne tolere pas ?



Si vous souhaites vous renseigner davantage, n'hésitez pas à consulter les sites suivants :

http://www.laquadrature.net/fr/loppsi-censure-administrative-du-net-adoptee-les-pedophiles-sont-tranquilles

http://www.partipirate.org/blog/index.php

http://owni.fr/2010/12/15/loppsi-cest-parti-pour-le-round-3/

surveillance