Voici un extrait du spectacle de la comédienne et comique Julia Sweeney, intitulé "Letting go of God". Et ça se passe de glose. Pour situer un peu l'extrait, L'auteure est une catholique élevée en catholique chez des parents catholiques, et elle pense (à ce moment de l'histoire, du moins) qu'elle a un peu trop laissé tomber sa foi. Je laisse a Julia Sweeney (traduite en français par votre serviteur) le soin de vous dire le reste...

J'ai donc décidé de me re-consacrer à l'Eglise catholique. Je suis allé voir plusieurs églises, puis je me suis décidée à en rejoindre une à environ 15km de chez-moi, près de l'océan. C'était une église moderne, grande, et elle abritait une congrégation dévouée et enthousiaste... Leurs messes étaient merveilleuses, et tellement pleines de sentiment ! J'avais une boule dans la gorge rien qu'en récitant le crédo, à chaque fois...

"Nous croyons en un seul Dieu Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre, de toutes les choses visibles et invisibles." J'adore réciter cette phrase. Et les voix dans l'église, la récitant à l'unisson... Mais je voulais la dire avec conviction; pas comme un enfant qui a juste absorbé tout ça ne grandissant, mais avec une compréhension d'adulte ! Dans mon cœur et mon âme ! A la façon dont Dieu le demande !

J'avais remarqué sur le tableau d'affichage qu'ils proposaient des cours d'étude biblique le jeudi soir, et, impulsivement, j'ai décidé d'y aller. Il faut vous dire que les catholiques... les catholiques ne mettent pas tant que ça l'accent sur la Bible. Leur attitude, c'est un peu genre "Oh, laisse donc ce bouquin aux professionnels ! Ne te fais pas de mouron avec ce livre teeeeellement compliqué..."

Mais dans le peu que je connaissais de la Bible, je savais que j'aimais beaucoup certains passages; quand j'avais peur ou que je ne savais pas quoi faire, je répétais le 23e psaume, "Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi" (NDT : Il s'agit d'un extrait du psaume 23.4 du livre de David)... Et je me sentais tellement mieux !

J'ai eu le bonheur d'apprendre que l'ancien testament commence par deux histoires des origines de l'Univers, incompatibles entre elles... L'une dans laquelle Adam et Eve sont créés exactement en même temps, et puis une deuxième histoire de la création, au chapitre 2, dans laquelle Adam est créé le premier, puis Eve à partir d'une de ses côtes parce qu'il se sentait seul...

Et je me suis dit : WAOUH ! Tous ces gens qui croient que la Bible est infaillible, ou que chaque mot de la Bible est vrai... Je veux dire, il est impossible qu'ils aient seulement lu les deux premiers chapitres de la Bible ! Je me rappelle que Sœur Charentine nous avait dit, en CM2, que la Genèse était un poème sur la création, qu'il ne fallait pas le prendre littéralement...

J'ai partagé ce détail de mon enfance avec les autres membres du groupe d'étude biblique, et le Père Tom, un prêtre irlandais qui faisait la classe, m'a dit "C'est exactement ça, Julia, un poème sur la création; oui, c'est fort bien dit."

Et puis on en est arrivé à des histoires comme Noé et son arche. Et, c'est drôle... Je ne me souvenais pas que, quand j'avais étudié ce passage à l'école, Sœur Marie-Kevin ait particulièrement souligné le fait que Noé devient un alcoolique après le déluge, et passe tout son temps dans les vapes et à poils, au point que ses fils doivent aller chercher une couverture pour la lui mettre, parce que... "Papa, merde, enfin, quoi !"

J'ai réalisé qu'on m'avait servi la Bible en petites portions, en sections expurgées... Sacrément expurgées ! C'était très différent de la lire en tant qu'adulte. Adulte, on pouvait voir toutes les pièces du puzzle. Adulte, c'était troublant. Par exemple, quand j'ai lu le passage sur le déluge quand j'étais petite, je n'ai jamais pensé au fait que Dieu avait tué tout le monde simplement dans un accès de colère...

Qu'il les avait tous noyés parce qu'il pensait qu'ils étaient tous méchants. Et dans le lot il y avait, on est forcés de le supposer, des enfants, des foetus... Ce qui, apparemment, n'est pas interdit pour Dieu... Et puis j'ai été soulagée de lire que Dieu vient vers Noé juste après le déluge, et il dit : "Tu sais, cette histoire de déluge, c'était peut-être une grosse gaffe..." Et il promet qu'il ne le fera plus. Et ça, c'est une autre surprise : Dieu a des regrets !

Après il y a eu des histoires comme Sodome et Gomorrhe... Tout ce dont je me souvenais, c'est qu'il y avait ces deux "villes pécheresses", comme Las Vegas, ou un truc dans le genre... Et Dieu s'est mis en colère et les a rasées; et puis la femme de Lot a regardé en arrière alors qu'on lui avait dit de ne pas le faire, et elle a été changée en colonne de sel...

Mais les nonnes de mon école ne m'avaient pas expliqué ce qui arrive juste avant leur fuite.

Avant tout ça, deux anges déguisés en humains rendent visite à Lot et dorment chez-lui; et un attroupement se forme devant la maison, et la foule dit "Envoie-nous ces hommes angéliques, qu'on baise avec eux !" Et Lot crie "Non !"... Ce qui est, je pense, une des règles de base de l'hospitalité : ne pas jeter ses invités en pâture à la foule enragée au dehors pour qu'ils se fassent violer...

Mais que dit-il ensuite ? Il dit : "Prenez-donc mes filles, plutôt ! Violez-les, faites-en ce que vous voulez : Elles sont vierges !" Qu'est-ce qui est pire, là-dedans ? Comment cela se fait-il que l'histoire qu'on connaissait tous, c'est celle de la colonne de sel ? C'était peut-être préférable, au fond... Peut-être que c'était sa seule échappatoire, à la femme de Lot : mieux vaut être changée en colonne de sel que d'être mariée à un mec pareil...

Bref... Après que Lot et ses deux filles traumatisées aient fui Sodome et Gomorrhe, ils vont tous dans une caverne dans les montagnes pour se cacher... Et, pendant la nuit, les deux filles de Lot le font boire jusqu'à être saoul, et le violent, lui ! Est-ce que c'est une vengeance pour ce que leur père leur a fait ? Non. La Bible dit que c'est parce qu'il n'y a pas d'autres hommes dans le coin !

Et ce en dépit du fait que la Bible dise aussi qu'ils n'étaient pas très loin d'une ville appelée Zoar... Alors, quoi ? Pas de mecs à moins de, quoi, disons quelques kilomètres... Et les deux filles de Lot se sentent obligées de droguer et violer quelqu'un ?! Incidemment leur père parce que c'était tout ce qu'elles avaient sous la main ?!...

Bon, je savais qu'il y avait des histoires frapadingues dans la Bible... Mais je croyais qu'elles seraient glissées ici et là dans un océan d'inspiration et d'Histoire ! Au lieu de ça, les histoires sont devenues de plus en plus sombres, de plus en plus tordues... Ce Dieu de l'ancien testament imagine vraiment les épreuves les plus cruelles pour tester la loyauté des gens...

Comme lorsqu'il demande à Abraham d'assassiner son fils, Isaac. Quand j'étais enfant, on nous apprenait à l'admirer... J'en ai eu le souffle coupé, quand je l'ai lu ! On nous apprenait à admirer ce genre de choses ! Qu'est-ce que c'est que cet espèce de test de loyauté sadique, de demander à quelqu'un de tuer son propre enfant ?!

Et la bonne réponse n'est-elle pas "Non, je ne tuerai pas mon enfant, ou n'importe quel enfant, même si ça ne m'apporte qu'un châtiment éternel en enfer", au fait ? Lors du cours d'étude biblique suivant, le Père Tom nous a rappelé à tous qu'Isaac représentait en fait ce qu'Abraham avait de plus cher, et c'est ce à quoi Dieu nous demande de renoncer pour Lui...

"Mais..." Ai-je dit, "aimer un enfant, et le protéger, et bien s'en occuper, c'est un instinct et un acte si profond, si moral... Si ce qui importe le plus à vos yeux, c'est notre façon d'aimer les autres, par exemple... Est-ce qu'on devrait renoncer à notre morale, à notre éthique, pour Dieu ?" Et il a dit : "Non... Non ! Parce que votre morale... Et bien votre morale, c'est votre amour et votre foi en Dieu !"

Je ne savais pas vraiment quoi penser, mais bon, j'ai décidé de laisser courir. Puis j'ai appris qu'Abraham n'était pas la seule personne qui accepte d'assassiner son enfant pour Dieu... On en trouve à tout bout de champ, dans la Bible ! Par exemple, dans le livre des Juges, un gars du nom de Jephté dit a Dieu que s'il peut gagner la bataille, il tuera la première personne qui le saluera quand il rentrera chez-lui.

Et quelle est la première personne qu'il voit ? Son seul enfant, sa fille bien aimée, qui court vers lui en chantant et en jouant du tambourin, genre "Salut papa !"... Quoi ?! Et là, est-ce que Dieu dit "Non, pas la peine de tuer ton seul enfant et de l'immoler en mon nom... " ou même "Jephté, imbécile ! Qui t'attendais-tu à trouver sur le pas de ta porte après la guerre ?"

Non. Il apparait que le point important de cette histoire est que Jephté permet exceptionnellement à sa fille de faire retraite dans les bois pendant deux mois, pour "pleurer sa virginité". Et moi je pensais très fort : "Mais fuis ! Cours !"... Mais elle revient, et il la tue. En l'immolant par le feu ! Mais même en laissant de côté les affreuses histoires ou des gens sacrifient leurs propres gosses, les lois de l'ancien testament sont assez dures à avaler.

Le Lévitique et le Deutéronome sont remplis de lois archaïques et... même simplement difficiles à imaginer ! Par exemple, si un homme couche avec un animal, l'animal et l'homme doivent être tués. Pour l'homme, à la limite, je peux presque comprendre... Mais... L'animal ? L'animal est considéré comme volontaire, dans l'histoire ? Parce qu'après, l'animal a gouté au sexe avec les humains et qu'il ne sera plus jamais satisfait ?!

Ou sinon, ma préférée de toute la Bible : Dans le Deutéronome il est dit que si vous êtes une femme mariée à un homme qui se bat avec un autre homme et que vous essayez de l'aider en agrippant les organes génitaux de son adversaire, la loi dit que vous devez vous faire couper la main séance tenante ! Et c'est pareil pour les trucs que je croyais immuables et gravés dans la pierre... Littéralement, hein, comme les tables de la loi !

Eh bien ça ne l'est pas, immuable ! Les dix commandements qui nous sont à peu près familiers sont des règles que Dieu a dit à Moïse sur le mont Sinaï sans même les appeler "commandements", et sans même les graver dans la pierre ! C'est seulement plus tard dans le livre de l'Exode, quand Moïse remonte sur le Sinaï que Dieu lui donne un jeu de deux tablettes de pierre avec des règles inscrites dessus.

Quand Moïse redescend de la montagne, il voit son peuple en train de vénérer un veau d'or, et il fait un gros gros caprice, et il casse les tablettes avant de les lire ! Après quoi Moïse se retape l'ascension, et Dieu lui donne un autre jeu de tablettes de pierres. Et là, c'est la première fois qu'on les appelle "commandements". Et ils sont gravés dans la pierre. On peut donc penser que Dieu tient à être ferme à ce sujet, après toutes ces péripéties...

Mais lesdites règles montrent des différences significatives par rapport aux règles "orales" dont on a parlé... Comme quoi, par exemple, tous les enfants mâles doivent paraître devant Dieu trois fois par an (Allez savoir comment accomplir ce prodige...), comme quoi on ne doit pas cuire un bébé chèvre dans le lait de sa mère, et comme quoi on doit sacrifier tout petit d'animal domestique si c'est un premier né mâle.

Heureusement, ce même commandement continue en disant que si on n'a pas envie de sacrifier le premier né de son âne, on peut le remplacer par un agneau, si on en a vraiment besoin... Ahem.

Il y a des gens qui pensent que, sans les dix commandements, la morale et les lois de la société seraient relatives, et partiraient dans tous les sens... Mais la morale de la Bible est relative et part dans tous les sens ! En fait, on dirait bien que notre morale moderne est bien plus humaine et pleine de compassion que la morale de la Bible ! Enfin bon... Le Père Tom a tenu à me parler après la messe, ce dimanche-là...

Il m'a dit: "Julia... Tu as toujours l'air si triste au cours d'étude biblique !" Et j'ai répondu "Je suis désolée, mon père, c'est juste que... Dieu... Il est si insultant, dans la Bible ! Je veux dire... On dirait qu'il est bipolaire !"... Il a dit : "Oh, tu sais, l'ancien testament... Il faut te rappeler, Julia, que ceux qui l'ont écrit étaient une civilisation ancienne de l'âge du bronze..."

"... Ce sont des légendes, des histoires de duperie et de tromperies, racontées autour des feux de camps par des cheiks qui rendaient Dieu impressionnant selon les standards de cette époque très ancienne"... J'ai fait: "Oh. Waouh ! Vu comme ça, effectivement, ça explique pas mal de choses." Oui, voir l'ancien testament sous cet angle, c'est très intéressant...

"Mais vous savez," ai-je dit, "Homère était aussi un ancien auteur de l'âge du bronze qui écrivait sur des dieux... Alors, quelle est la part de vérité dans tout ça, au juste ?". Puis il a dit : "Eh bien... Il n'y a aucune preuve de l'existence d'Abraham, à part des légendes... ni d'Isaac... ni... Euh... Moïse... Ni même... Ahem... toute l'histoire de l'Exode..." Et j'ai dit : "Quoi ? L'Exode est un mythe ?!"

Il a répondu : "Eh bien... C'est mythe-oïde...". Et j'ai demandé " Comment quoi que ce soit pourrait être mythoïde ?!" Et il a dit : "Eh bien... Oui, bon. L'Exode est un mythe dans le sens ou ça n'est jamais vraiment arrivé. Mais ce n'est pas un mythe, dans le sens ou des gens croient à cette histoire, et modèlent leur identité et basent leur culture sur cette croyance...

"Mais, Julia, tu ne peux pas lire la Bible avec des yeux d'historien moderne, il faut la lire avec les yeux de la foi; c'est l'histoire que Dieu veut que nous connaissions." J'ai quitté l'église en pensant "Ok... Calmons nous... C'est l'ancien testament... Ancien ! C'est marqué dans le titre... Il y a un nouveau testament juste après, et ça doit être pour ça que Dieu nous a envoyé son fils Jésus, parce qu'on avait visiblement pas tout saisi la première fois !"

La suite au prochain numéro !

Julia_Sweeney_1