Depuis quelques jours, je me demande ce que je vais vous écrire au sujet du Pape. Sincèrement, est-ce que ça vaut le coup, si c’est juste pour dire que c’est mal, comme tout le monde ?

La dernière monstruosité qu’il nous a pondu, sa citation au sujet du préservatif, m’a tout de même surprise. C’était osé. Ne vous méprenez pas, je n’attends rien de quelque église que ce soit, et surtout pas de l’Eglise catholique… Je n’ai pas envie de m’indigner simplement d’une petite phrase qui va causer des millions de morts quand, au cours de l’Histoire, le catholicisme et les religions en général ont fait tellement pire.

Et puis, je n’aurais pas dû être si étonné : Benoit XVI est un radical, un intégriste, un ancien des jeunesses hitlériennes, un raciste homophobe qui assimile au Mal toute musique postérieure au jazz, un sale bonhomme qui est responsable en tant que cardinal d’avoir caché les affaires de pédophilie de l’Eglise, et laissé s’en tirer les prêtres pédophiles simplement en les changeant de paroisse. C’est plus Benoit XVI, c’est Bénito II, ce mec…

Depuis l’accession au pontificat, l’ancien cardinal Ratzinger n’a fait que mettre de l’huile sur le feu, soufflant le chaud et le froid : Un message de paix universelle, tout en traitant l’Islam de religion de la violence… Un message d’union des chrétiens, mais en réintégrant les négationnistes dangereux qui avaient été excommuniés… Une messe aux USA après les affaires de pédophilie, mais pour le clergé, pas pour les victimes…

Les nonces et les évêques qui constituent sa Com’ n’en finissent plus de nuancer ses propos… A coups de « Oui, mais on n’attend pas du Pape qu’il soit moderne… Lui, c’est le cap à suivre, la morale absolue, mais après, ce sont les prêtres qui interprètent et adaptent cela aux réalités séculières. »… Ouais. Ils disent aussi que le Pape est infaillible. Là, avec cette histoire de capote, ils ne la ramènent plus…

Et je ne parle pas de l’excommunication de la mère de la fillette de 9 ans parce qu’elle l’a faite avorter après qu’elle ait été violée par son beau-père…

Quoi qu’il en soit, il n’y a ici rien de neuf : le Pape a toujours été un genre d’ayatollah de la chrétienté, et c’est d’ailleurs l’Islam qui s’est inspiré de ce genre de notions d’autorités religieuses, en place depuis longtemps avant que Jésus ne crie…  Mais, même s’il était, par la force des choses vu le dogme biblique, plutôt pro-abstinence et anti-contraception, Jean-Paul II se la fermait plus souvent, ne serait-ce que pour éviter les morts, lui.

Je ne vais pas vous redire ce que Benoit XVI a dit (prenez celle qui vous choque le plus dans ses horribles citations, ou dans les actes qu’il a approuvé…) ni ce que les médias en ont dit, d’autres le font mieux que moi. Cependant, il y en a qui le font moins bien, et là, je me dois d’en parler. D’abord parce que c’est inqualifiable de foirer une critique aussi facile, ensuite parce que c’est drôle.

Roselyne Bachelot-Narquin, notre ministre de la Santé (donc très concernée) se dit « catastrophée »… C’est bien. Elle en profite pour rappeler à tous que « Dire que le préservatif ne protège pas du SIDA est une contrevérité scientifique absolue ». C’est bien aussi. Seulement, elle est catholique, la Roselyne. Et ça ne la choque pas, elle, de croire en Dieu ? C’est aussi absurde et improuvable que le coup de la capote qui tue.

Certes, Roselyne Bachelot dit ce qu’il faut dire, et elle descend le Pape et ses déclarations en flèche, ses excommunications des femmes violées qui choisissent d’avorter, notamment. Elle dénonce même une « crise de confiance » des catholiques face à l’autorité papale. Mais enfin, c’est là, justement, un déclic tout trouvé pour remettre en question pas mal d’autres choses, notamment la religion elle-même, non ?

C’est l’exemple le plus flagrant du côté meurtrier de l’Eglise catholique, la religion la plus « respectable » au monde, soi-disant…

C’est impossible à cacher, c’est dans tous les médias, c’est le Pape qui l’a dit, il ne s’agit pas de quelque chose qu’on peut nier ou ne pas croire, ni de quelque chose qui s’est produit il y a plus de cinquante ans… Ce n’est pas imputable à une branche schismatique ou fanatique de l’Eglise, ce n’est pas non plus imputable à une nécessité politique ou une prise de parti en temps de guerre. C’est absolument indéfendable et ça va en tuer des millions.

Oui, parce bon… Les croisades et l’inquisition, on peut dire à la rigueur que c’était il y a longtemps : les coupables sont aussi morts que les innocents. Le rôle de l’Eglise pendant l’holocauste, eh bien certains arguent que des religieux héroïques ont caché des juifs aussi, et que la position officielle de l’Eglise là-dessus n’a jamais été connue à cette époque, vieille excuse du « on savait pas ».

Les affaires de prêtres pédophiles, comme c’est sexuel, la plupart des gens pudibonds refusent d’y toucher, et beaucoup de croyants refusent tout simplement de le croire (si, si ! j’en ai vu…), ou disent que « ça n’arrive pas chez-nous » ou « pas en France », ou « plus maintenant »… Alors que c’est hélas, plus qu’une réalité, un sacré noyau dur dans les pensionnats religieux.

On l’a dit, Jean-Paul II était contre le préservatif en tant que moyen de contraception, mais il n’a jamais dit que l’usage généralisé du préservatif empirait la situation… Loin de là. Le message du pape précédent était la modernisation de l’Eglise, et il insistait sur le fait de devoir préférer l’abstinence et la fidélité, valeurs certes chiantes mais chrétiennes, à la baise avec capote… Ce qui est quand même très différent.

Cette radicalisation de l’Eglise ne fait que s’inscrire dans un genre de business plan pour sauver un catholicisme en perte de vitesse, pas seulement dans les pays développés.

Le plan Benoit XVI pour la relance de l’Eglise est simple : adopter une position forte sur tous les sujets chauds, prôner la croisade mystique, parce que c’est ce que font « ceux d’en face », la concurrence : les églises évangéliques qui se font un fric fou dans leurs affaires entre fanatiques, et les musulmans qui recrutent de plus en plus parmi les jeunes dans tous les pays les plus peuplés du monde.

En plus, ils ont intérêt à se repositionner sur le marché, les cathos : Ils sont moins présents dans les pays les moins éduqués de la planète, depuis quelques temps. Les vocations religieuses et la prospérité des églises dépendent en effet d’un niveau plutôt bas d’éducation scientifique, et d’une absence d’esprit critique généralisée… D’où la crise des vocations dans les pays les plus développés.

C’est le moment d’agir : la religion catholique étant assez restrictive, dans une logique de privation, il leur fallait absolument accélérer les choses pour profiter de la crise, pour que les gens à qui il arrive des malheurs se tournent vers eux et non pas vers des sources de plaisir ou de bonheur plus laïques (je ne sais pas, moi, l’amour libre entre tous les sexes avec capotes par exemple… ou simplement la musique pop).

D’ailleurs, vous avez remarqué combien l’Eglise est absolument obsédée par le cul sous toutes ses formes ? Comme un peu toutes les religions, bien sûr. Pour les chrétiens, il n’est pas une pratique sexuelle qui n’ait reçu de tampon « permis », « mal », « abomination » ou « n’existe pas ». Il n’y a pas de tampon « approuvé ». A croire qu’on ne les paie que pour qu’ils nous interdisent des trucs. J’arrête, ou je vais encore digresser…

Bref, l’Eglise nouvelle que nous prépare Benoit XVI, c’est pas des tapettes. D’ailleurs, bientôt, si ça se trouve, ils vont se remettre à les brûler, les tapettes…

Benedictus