Jacques Martin est mort. Tant mieux, parce qu’il était quand même malade après plusieurs attaques cérébrales. C’était un type très bien (et c’est rarissime que j’admire ainsi, et autant, un personnage public) qui a eu l’avantage immense d’être drôle et professionnel jusqu’au bout, même quand il ne faisait plus que du « grand public », puis du « vieux public ».

Il a eu le bonheur d’être le géniteur de huit enfants, dont le premier est un cuisinier comme son arrière grand père (Joannès Ducerf, l’initiateur de Paul Bocuse, eh oui !) et animateur comme son papa. Citons aussi la fratrie issue de Danièle Evenou, Frédéric et Jean-Baptiste Martin, respectivement animateur radio/comique (Le Monde de Monsieur Fred, c’est lui) et musicien/comédien.

Parmi les femmes de sa vie, citons Danièle Evenou, pas une mauvaise actrice du tout, et Cécilia Ciganer-Albeniz, actuellement première dame de France… Jacques Martin, dont chacun se souvient des émissions dominicales niaises et de ses Grosses Têtes, fut pourtant le fondateur du Petit Rapporteur, le découvreur de Pierre Desproges, et collaborateur de la première heure des Grands Enfants.

On sait moins qu’il était un excellent chanteur d’opéra (sa version de La Belle Hélène est magnifique) et un superbe cuisinier. Elevé dans un pensionnat religieux, comme on dit « l’ancienne école », dans lequel des choses pas forcément catholiques se produisaient, il garda toujours pour la religiosité à outrance une saine méfiance, et retira de cette éducation l’immense culture et le français parfait qui l’ont toujours caractérisé.

Point de cynisme, pour une fois, c’est tout ce que j’ai à dire. Ce qu’il a fait d’alimentaire (émissions débiles et apparitions dans des téléfilms) est largement compensé par tout ce qu’il a fait de bien, par sa vie exemplaire et bien remplie, par son honnêteté et ses autres grandes qualités, par cette façon qu’il avait de ne rien demander à personne et d’être irrévérencieux envers la religion et le reste sans jamais tomber dans l’impolitesse.

Je trouve seulement dommage qu’un tel homme ait eu à tant souffrir de la vieillesse.

Maintenant, nous allons assister aux simagrées des nombreux sigisbées nécrophiles à travers les médias. Beurk.

Les_rapporteurs