On s’est débarrassé des enfants, le chat était allergique.

Non, mais si, écoutez, c’était plus pratique ! Sérieusement, les enfants sont cruels avec les chats. Heureusement, on les avait accoutumés, en leur donnant de petites claques et en les privant de repas… Dressage classique, quoi. On les mettait même au cabinet noir, à chaque fois qu’ils essayaient de leur tirer la queue.

Nous sommes des parents responsables, tout de même !

Donc les enfants étaient en théorie irréprochables, mais vous savez ce que c’est, l’instinct prend parfois le dessus… Moi je sais que quand je les voyais dans la même pièce que les chats, je ne vivais plus ! Mes pauvres bébés à la merci des gosses…

En fait, on a eu l’idée avec le cancer du petit… Mais si, vous savez, Fuck, le plus petit des chats ! Oui, je sais, c’est débile comme nom, mais c’est ce qu’a dit la nurse anglaise des chats quand elle s’est fait arracher le pouce, et puis c’est resté. Bon, elle l’avait énervé, il faut dire… Elle avait tenté de le caresser.

Enfin bref, Fuck a eu le cancer. Les médecins de la clinique se sont longtemps interrogés sur le type exact, alors on a fait tous les examens possibles pour être sûrs… Parce qu’il y avait encore une possibilité qu’il vive quatre ou cinq mois avec une bonne chimio, vous savez, et ça, ça compte !

C’était très cher, mais ça nous a permis de… de lui dire au revoir, quoi. On a dû se priver de vacances pour payer les vétérinaires, et c’est déjà difficile pour nous de joindre les deux bouts, mais est-ce ma faute si les soins aux animaux ne sont pas remboursés par la sécu ? Je trouve ça inqualifiable !

Comment voulez-vous qu’une famille puisse vivre alors qu’un de ses membres n’a pas droit aux mêmes soins ?

Quoi qu’il en soit, non, je ne voulais vraiment pas des enfants à la maison juste au moment où le chat est le plus vulnérable. Ils lui ont fait un bisou de loin, ça leur a suffi, hein… Alors j’ai demandé à mon ex-mari de garder les gosses encore un peu.

Oui, il avait du boulot, mais il était ravi, et puis on s’est arrangé comme ça, nous, donc il n’avait pas le choix… ça arrive ! Moi je ne pouvais pas, je ne pouvais pas, hein ! C’est comme ça, j’ai pas cinq mains ! Comme de toutes façons je n’avais plus trop de sous pour les cadeaux de Noël…

Et puis, quelques mois plus tard, Fuck est… enfin il est parti. Oh, vous auriez vu ça, on a fait une très belle cérémonie avec éloge funèbre, cercueil en pin et bronze doré, des fleurs partout, des petits bouquets d’herbe à chat… Je vous jure que les quatre autres chats ont pleuré des petites larmes !

Comment ça « physiologiquement impossible » ? En tout cas ils étaient tristes… Ils sont si humains !

Evidemment les enfants n’étaient pas là pour voir ça, et heureusement. Je ne voulais pas qu’ils me voient dans cet état, et puis la mort d’un proche, c’est si douloureux, il faut les protéger… D’autant que je ne me sentais pas de les affronter. Ah non, ils auraient fait des remarques, j’aurais fini par me mettre en colère.

Après le décès de notre petit Fuck, j’ai tout de suite vu qu’il manquait quelqu’un, une présence dans la maison. Bien sûr, Fuck est irremplaçable. Mais vous comprenez, j’étais si désoeuvrée, je me suis mis à traîner près des animaleries et du refuge de la SPA, et… je n’ai pas pu résister !

Je n’ai pas vu les enfants depuis que je leur ai présenté Aargh. Oui, lui aussi il a rencontré la nurse. C’est un Silver Tabby pure race. Très cher. Mais quand on aime on ne compte pas… Les gosses ont fait la gueule, ils disent que le chat a droit à une pâtée trois étoiles et eux à des nouilles. Quand ils viennent.

Oui, finalement ils sont mieux avec leur père, plutôt que de cracher dans la soupe ici, ces jaloux ingrats.

D’autant que, comme je vous le disais, Aargh est allergique…

Psychopathe_mais_mignon