Un deuil, des dieux :

Il fut un temps, au vieux royaume
Sur lequel ont régné les anciens pharaons,
On vénérait un dieu fort bon
En lui sacrifiant de l'encens et des baumes.
Mais les cérémonies d'Apis, taureau divin,
Avaient l'effet affreux d'évoquer le bovin.
Les zélotes enduisaient de l'urine du veau
Ainsi que de sa bouse les murs des tombeaux,
Et les rites impies de salir les colonnes,
Les dalles, les fresques, les statues
Que les prêtres bichonnent
Et qu'ils portent aux nues...
Ce dieu aux gros sabots crottés
Était pourtant fort révéré,
Apportant la fertilité :
On le voyait représenté en tout,
Aux deux rives du Nil, de la source à son bout.
La morale est classique à toute cette boue :
Apis est partout.

Apis__le_taureau_blanc_au_disque_solaire